La salle Rouzaud de la mairie était depuis quelques jours consacrée à la Poésie, ses murs nus couverts pour la circonstance par des poèmes de Raymond Queneau, Jean Tardieu, René de Obaldia, Alphonse Allais… choisis par les bénévoles de la bibliothèque municipale et aussi par des textes et illustrations réalisés par les élèves de l’école et se référant aux Fables de La Fontaine. L’humour était cette année à l’honneur, un humour souvent teinté de mélancolie, voire de gravité quelquefois.

Masques d’animaux, pastiches, réécritures de fables avec digressions s’interrogeant sur le sens de certains mots, fables en verlan, en argot… (que de prouesses langagières, et de mémoire ! Bravo, les enfants !). De nombreux panneaux rendaient déjà compte du travail effectué par les professeures. Il ne restait plus qu’à donner vie et voix à cette salle en présence des parents d’élèves et d’autres personnes venues encourager les enfants. Ce qui fut fait vendredi matin 16 mars. De la maternelle jusqu’aux classes de CM, La Fontaine fut dit, chanté, parodié, représenté et donc, rafraîchi et rajeuni par des groupes d’enfants enthousiastes. Ils ont rendu un hommage respectueux (et quelque peu subversif !) à notre grand fabuliste.

Nous tenons à les remercier ainsi que leurs professeures pour ces prestations, sans oublier les employés municipaux, les secrétaires et la commune pour leur implication.

Malheureusement, l’après-midi fut (orage, ô désespoir !) perturbé par la pluie, et les parapluies qui devaient abriter quelques textes poétiques confiés à des Brullanencs de rencontre, retrouvèrent leur usage habituel. Néanmoins, un petit groupe d’irréductibles se rassembla dans la grande salle, toute frémissante encore de l’ardeur juvénile exprimée le matin, pour dire et écouter des poèmes aux registres variés.

Les travaux réalisés pour l’occasion sont visibles encore pour quelques jours dans la salle Rouzaud. N’hésitez pas à venir.

« Le secret de la poésie ne consiste pas tant à offrir de la beauté qu’à unir, à faire communiquer intimement l’âme des hommes » Vicente Alexandre, prix Nobel de Littérature 1977.

Et pour que « Vive encore la Poésie, la prochaine rencontre poétique aura lieu le vendredi 13 avril à 18h à la bibliothèque municipale.